Qu'elle était verte ma vallée !



Nous quittons Medellin mercredi matin avec l'assurance qu'un nouvel appareil photo nous attendra lundi à Cali.
Nous prenons la route de Salento. Rien de plus à faire que d'admirer le paysage.

antoquialdo009

antoquialdo041

antoquialdo069

La rivière est en crue, c'est la saison des pluies

antoquialdo073

De grosses averses nous ralentissent,

Panorama1

Panorama6

du coup, on s'arrête à Santa Rosa de Cabal dans un petit hôtel, tranquille...trop tranquille

128-cafetero

Miguel le jeune propriètaire a transformé l'ancienne maison familiale en hôtel, et depuis 1 an 1/2 il attend le client. Miguel nous fait la visite de son établissement, du potentiel, des chambres agréables, super propres et bien entretenues, une cuisine, un patio, une salle commune, le tout un peu austère à mon goût, mais à un prix raisonnable.

239-cafetero

La ville est animée, l'hôtel est à quelques blocs du centre,

117-antoquia

119-antoquia

et à quelques kms des fameux Thermes Balneario de Santa Rosa qui attirent les touristes.

123-cafetero

122-cafetero

Le sang du professionnel ne fait qu'un tour, le produit est bon il faut juste le faire connaître! Miguel est avide de conseils et d'idées. "Miguel, il te manque un site Internet!!! il faut que ton hôtel soit référencé sur des sites spécialisés".
Aussitôt dit, Laurent se lance dans la création du site, Miguel, est un peu inquiet de savoir combien ça va lui coûter, échaudé par une première expérience ruineuse et obsolète. " Rien, nada, c'est gratis, ça me fait plaisir". Comme il y a un peu de boulot, nous restons finalement 2 nuits.
On en profite pour aller se détendre aux Thermes.
La route serpente dans une vallée verdoyante,

Panorama5

L'endroit est charmant, et en cette période de l'année, peu fréquenté. Il fait un peu frais

160-cafetero

Mais la végétation est luxuriante, en témoigne cette extraordinaire fougère arborescente.

217-cafetero

219-cafetero

Les piscines sont à 37°, c'est un plaisir de barboter.

173-cafetero

et de papoter avec une famille colombienne de Cali, ravie de parler de son pays avec des français venus le visiter . On sens la fierté dans les conseils qu'ils nous donnent pour profiter au mieux de notre séjour.

182-cafetero

Nous reprenons la route, Miguel a un site internet tout neuf. Bonne chance, on espère que ça t'aidera à décoller.

243-cafetero

Nous voilà à Salento, au coeur de la région du café. Le village est ravissant, construit sur un promontoire rocheux, qui offre une vue imprenable sur la vallée

126-cafetero

Les ruelles sont bordées de maisons blanches aux portes et boiseries peintent de couleurs vives.

255-cafetero

268-cafetero

127-cafetero

On flâne devant les échoppes d'artisanats

275-cafetero

278-cafetero

333-cafetero 335-cafetero

on surprend le boucher en plein travail,

339-cafetero

et on constate que le billard ne passionne que les hommes.

338-cafetero

Un papy fait banquette au chaud sous son poncho.

337-cafetero

Et on y croise des petits ânes bâtés courageux et autonomes !

388-cafetero

Les propriétaires des plantations de café utilisent les Jeep Willys,

283-cafetero

361-cafetero

pour le transport des sacs de café, des régimes de bananes, et même des touristes qui vont visiter les fincas.

089-antoquia

antoquialdo120

Visite de l'une d'entre elles qui travaille à l'ancienne et produit un café organic. C'est l'occasion d'en savoir un peu plus sur "le p'tit noir"
Les caféiers sont plantés à l'ombre des bananiers,

557-cafetero

les grains murissent.

548-cafetero

Après la récolte, les fruits passent dans une sorte de moulinette qui fracasse la "bogue",et libère les grains,

577-cafetero

qui sont ensuite séchés de 2 à 4 semaines

583-cafetero

et toréfiés.

585-cafetero

586-cafetero

On peut enfin le déguster, le petit doigt en l'air!

591-cafetero

592-cafetero

Quant aux bananeraies, les régimes sont protégés, des insectes et de la pluie.

antoquialdo135

La fleur de bananier est surprenante, les petites bananes passent du rose au vert pour finir en jaune!

232-cafetero

113-antoquia

En se promenant sur les hauteurs de la ville, on tombe sur un camp militaire

307-cafetero

on prend conscience que la la ville est surveillée comme un coffre fort, et les militaires, tout juste sortis de l'adolescence, sont armés jusqu'aux dents mais contents de casser la routine en posant pour une photo souvenir.

532-cafetero

Salento est aussi la porte d'entrée de la vallée de Cocora.

496-cafetero

Réputée pour ses palmiers cire qui peuvent atteindre 60 à 70 m de hauteur, et ne poussent nulle part ailleurs.

513-cafetero

Menacés d'extinction par une exploitation débridée, ils sont aujourd'hui protégés.

506-cafetero

On décide de se dérouiller un peu les jambes, et c'est parti pour une rando de 12 kms, à travers ,les prairies

401-cafetero

412-cafetero

424-cafetero

la jungle

435-cafetero

Petite pause le temps d'une rencontre avec les colibris

440-cafetero 441-cafetero

452-cafetero

et on attaque la montagne,

459-cafetero

460-cafetero

462-cafetero

puis les collines noyées dans les brumes

497-cafetero

499-cafetero

Le soleil se couche sur Salento.

539-cafetero

Et nous retrouvons le sourire à Cali. Lolo s'est battu comme un tigre avec la maison Sony, il a gagné,un nouvel appareil photo nous attend à la boutique .

002-popayanldo

Je vais pouvoir mitrailler tous azimut!
Arrêt à Popayan, jolie petite ville blanche.

623-cauca

Et comme il y a toujours une colline à escalader pour dominer la ville, on s'y précipite...ça détend les jambes après les kms de bitume.

636-cauca

637-cauca

644-cauca

Et pour se changer les idées après avoir eu le nez dans le guidon pendant des heures, rien ne vaut une séance de shopping pour flairer les bonnes affaires...

646-cauca

017-popayanldo

Quant à moi j'ai découvert le secret des postérieurs rebondis des colombiennes!

629-cauca 630-cauca

Promenade fruitée en ville,

632-cauca

874-cauca

avant de rejoindre notre joli petit hôtel.

621-cauca

Nous sommes dans la Cordillère des Andes . C'est la plus grande chaine de montagnes du monde, l'altitude moyenne est de 4000m. Elle prend naissance au Vénézuela, où nous n'irons pas, puis traverse la Colombie, l'Equateur, Pérou, Bolivie, Chili, et culmine en Argentine avec les 6962m de l'Aconcagua. Elle sera l'épine dorsale de notre descente jusqu'à la Terre de Feu.
On a pas assez des 16 millions de pixels pour restituer la finesse de ses contours, et aucune photo n'est à la hauteur de ses vertigineux apics.

674-cauca

761-cauca

856-cauca

La route est taillée dans la montagne,

766-cauca

849-cauca

et même si on en prend plein les yeux, mieux vaut en garder un ouvert. Parfois c'est cocasse,

789-cauca

amusant,

739-cauca

ou stressant, car la conduite en Colombie est plus que dangereuse.

830-cauca

Heureusement, l'armée veille sur votre sécurité.

666-cauca

et dégomme méthodiquement tous ceux qui font taches dans le décor... plus que trois !!!

951-ipiales

La Cordillère comme si vous y étiez :

{pgcooliris id=81|width=640|height=480|numrows=|otherflashvars=}


Avant de quitter la Colombie pour l'Equateur, on s'arrête à Ipialès. C'est une ville frontière qui n'a rien d'extraordinaire. On veut seulement visiter le Sanctuario Las Lajas, lieu de pélerinage le plus important d'Amérique du Sud. Laurent trouve que ça ressemble au décor du film, " Le Seigneur des Anneaux" !

883b-ipiales

C'est une église néogothique, construite à cheval sur les gorges de la rivière,

930-ipiales

à l'endroit même où une fillette muette y aurait retrouvé l'usage de la parole.

932-ipiales

Le chemin qui y mène est couvert de milliers d'ex-voto.

908-ipiales

Premiers lamas des Andes...qui n'ont pas peur du ridicule !

891-ipiales

935-ipiales

Dans quelques heures nous aurons quitté la Colombie. Nous avons été conquis immédiatement par ce pays, par la générosité des colombiens et leur sourire chaleureux.
Beaucoup de gens nous déconseillait d'y aller, comme pour le Mexique ! Mais comme nous sommes des gamins tétus, à chaque fois, on n'en fait qu'à notre tête...Heureusement ! On nous prédit le pire pour la Bolivie...On a hâte d'y être !

Assez de blabla, en route, il est 11h, on a une frontière à passer !

Suite en Equateur...

go back to top button